Vous êtes ici : Accueil > Programme > 20 nov. - Les émigrés italiens dans (...)
  • 20 nov. - Les émigrés italiens dans l’Europe en guerre, 1914-1918

    • Enregistrer au format PDF
    • impression
    • Envoyer cet article par courrier électronique
    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
  • Conférence de Caroline Douki (université Paris 8) : Les émigrés italiens dans l’Europe en guerre, 1914-1918



    Jeudi 20 novembre 2014

    Musée d’histoire et d’art de la ville de Saint-Denis

    a 18h30

     
    Dès l’été 1914, alors même que l’Italie restait encore dans une position de neutralité, le déclenchement de la Première Guerre mondiale a provoqué une brutale déstabilisation des collectivités italiennes émigrées installées dans de nombreux pays européens, et notamment en France. Exaspération du soupçon xénophobe, aggravation des contraintes administratives, évacuations d’urgence dans certains cas, chômage ou transformation radicale de l’offre de travail : les Italiens de l’étranger ont rapidement dû faire face à l’effondrement de leurs cadres habituels de travail et d’existence, soit en restant sur place, soit en regagnant au plus vite la Péninsule.


    Cette conférence montrera comment les collectivités italiennes en Europe ont cherché à s’organiser dans un conflit qui durait, en s’appuyant sur des solidarités familiales ou locales, et en comptant sur l’intervention, plus ou moins efficace, des représentants de l’État italien à l’étranger.

    Elle abordera aussi une question délicate en présentant les comportements des émigrés face à la mobilisation militaire des nations entre lesquelles ils avaient pris l’habitude de circuler pour travailler : abstention, engagement dans les rangs des pays où ils s’étaient installés, retour dans la péninsule au moment de la mobilisation italienne de 1915. C’est en réalité une grande diversité d’attitudes, entre engagement, choix et nécessité, qu’il faut tenter de comprendre.


    Qu’ils soient restés à l’étranger ou qu’ils soient rentrés dans leur pays, tous les émigrés italiens sont sortis transformés de l’épreuve de la Grande Guerre. En cela, leur expérience a été semblable à celle de l’ensemble des populations européennes.
     
     
    Caroline Douki est maître de Conférences en histoire contemporaine à l’Université Paris 8. Elle est membre de l’UMR 8533 CNRS, Institutions et Dynamiques Historiques de l’Economie et de la Société.
    Elle a été membre scientifique de l’Ecole Française de Rome de 1993 à 1996.

    • Enregistrer au format PDF
    • impression
    • Envoyer cet article par courrier électronique
    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
    • retour en haut de la page